L'histoire de la ville

BrélevenezLannion (Lannuon) [Lan = oratoire et Iudon = Saint venu de Grande Bretagne] connaît une occupation importante dès la fin du 9ème siècle.

Le long des côtes de la Manche, l'insécurité liée aux invasions vikings contraint les populations de l'estuaire du Yaudet à se replier en amont pour se défendre mais cette migration n'est pas l'origine primitive de la ville (implantation d'une ancienne famille Huon ou Hugeon).
L'éperon rocheux dominant le confluent du Léguer et de l'étang de Penarstang, site idéal pour établir une place forte, a connu une occupation antérieure.
La mention la plus ancienne de la ville ne date cependant que du 12ème siècle. En 1230 le château est mis à disposition du roi d'Angleterre Henri III par le duc Pierre Mauclerc mais c'est pendant la guerre de succession de Bretagne que se situent les premiers épisodes sanglants de son histoire. Appartenant au domaine de Charles de Blois, Lannion, d'abord vainement attaqué le 12 décembre 1345 par les anglais commandés par  Guillaume Bohun, comte de Northampton, succombe par la traîtrise le 5 décembre 1346. C'est au cours de cette prise que Geoffroy de Pontblanc s'illustre par sa résistance héroïque. Démantelée après le pillage de la ville, l'enceinte fortifiée est reconstruite en 1356 par Charles de Blois, puis elle est définitivement rasée sur ordre du duc Jean IV (1364-1399).
A la fin du Moyen-Age, l 'événement le plus important est la réunion définitive de la châtellenie de Lannion au domaine ducal par Arthur III – comte de Richemont (22 septembre 1457). 

marche

 La guerre de la Ligue (1588-1598) engendre une succession de malheurs pour la ville. Tombée aux mains des Ligueurs le 6 novembre 1589, elle est attaquée et pillée à plusieurs reprises. En 1591, les Espagnols, alliés aux Ligueurs, mettent le feu à plusieurs maisons à pans de bois, détruisant 1/3 des habitations (environ 200) situées en ville close. 

Vauban visite la ville en 1695 afin d'étudier les moyens de défense côtiers pour résister à une éventuelle attaque des anglais.
La fin de l'ancien régime est une période de prospérité et de valorisation du port. Le duc d'Aiguillon met en chantier la construction des quais le 25 juillet 1762 pour assurer à la ville son développement maritime. 

C'est au 19ème siècle que le port connaît son activité la plus importante avec le déchargement du maërl (dépôt de fins graviers et débris d'algues) et du sable coquillier dragués de la baie de Lannion de faible tirant d'eau. Les sabliers traditionnels ont permis l'utilisation du Léguer jusqu'au début du 20ème siècle. 

L'histoire contemporaine de Lannion est d'abord liée aux activités de son réseau de résistants qui opérèrent de nombreux coups de main contre l'ennemi au début de 1944.
La libération de la ville eut lieu le 10 août 1944 après la reddition des forces allemandes aux FFI. 

L'autre évènement majeur des dernières décennies est l'installation sur le territoire de la commune à partir de 1959 du Centre National d'Etudes des Télécommunications(CNET), [inauguré en 1960 par le Général de Gaulle], sous l'impulsion de Pierre Marzin, alors son directeur, natif de Lannion et futur maire de 1971 à 1977. Cette implantation a permis à Lannion de développer de multiples activités de haute technologie : centre européen de télécommunications spatiales, centre d'études météorologiques et de créer un bassin important d'entreprises de constructions électroniques.