Lannion
Accueil> … > Le PatrimoineLe patrimoine architectural

Le patrimoine architectural

    • L'Hôtel de ville de Lannion (Centre-ville) : A l'origine, le bâtiment qui se trouvait sur la place du Général Leclerc n'était pas l'hôtel de ville mais un auditoire, construit en 1615 auquel était accolée une prison.

Suite à l'état délabré de l'ensemble, il fut décidé au XIXème siècle d'y reconstruire un édifice qui servirait d'une part à la communauté de ville et dans un second temps, aux sessions du tribunal. Du bâtiment du XVIIème siècle subsiste la partie supérieure de l'auditoire décorée d'un fronton semi-circulaire, faisant à présent office de support à l'horloge. La facture napoléonienne de l'Hôtel de ville, construit en 1865, est alors en parfaite adéquation avec la mouvance architecturale de l'époque.

    • Les escaliers de Brélévenez (Brélévenez ) : « J'aime les escaliers de Brélévenez le long desquels s'appuient des petites maisons que l'on dirait hantées par des fées . » confesse Yvon Le Men, dans un livre dédié à partager sa tendresse pour sa ville, Lannion.
      Le nombre de ses marches fut longtemps un sujet de polémique: le bruit courait, avant la Révolution et jusqu'en 1814, qu'il en comptait autant que de jours dans l'année. Néanmoins, cela n'a jamais pu être confirmé.
      Une description datant de 1787 le dépeint comme en très mauvais état: «un très petit sentier absolument dégradé par les pierres immenses et tablettes qu'on extrait journellement de la carrière». Cela s'expliquait par l'extraction du schiste vert, nécessaire à la construction de l’Église, qui induisait un écroulement de l'escalier.
      Sur un cahier de la paroisse apparaît, en 1921, la première trace jamais trouvée du nombre de marches, à savoir 142 à l'époque. Il en compte aujourd'hui 140.

 

    • Le Moulin de Kerprigent (Servel) : Si le mécanisme et les ailes ont disparu, le corps du bâtiment demeure néanmoins en excellent état.

 

Voir aussi les pages consacrées aux :